“Il est de plus en plus difficile de trouver du personnel qualifié”

naamloosLes affaires vont bien pour OKay. C’est ce qui ressort notamment du rapport d’hiver de GfK: d’après les panélistes, les collaborateurs les plus aimables travaillent chez OKay et AH. Rien d’étonnant donc à ce que directeur général Fabrice Gobbato nous accueille avec un sourire satisfait, même s’il reste bien conscient de la valeur toute relative des techniques d’échantillonnage. “Nous sommes à la fois fiers et humbles: si le consommateur décide demain d’aller faire ses courses d’alimentation ailleurs, ces chiffres encourageants nous feraient une belle jambe. La confiance du consommateur doit se regagner chaque jour.”

L’identité de l’enseigne OKay est pratiquement restée inchangée ces dernières années. “Nous avons, à côté de Colruyt, de Bio-Planet, de Spar et de Collect & Go, trouvé notre place au sein du groupe qui parvient, grâce à ces différentes marques, à couvrir l’intégralité du territoire belge. Dans le cadre de cette stratégie, nous jouons le rôle de ‘proximity store’, c’est-à-dire de supermarché de proximité. Contrairement à Colruyt, où le consommateur fait ses courses pour une ou deux semaines, nous ciblons l’utilisateur final qui achète surtout des produits frais, et ce une ou deux fois par semaine. En fait, notre identité est très complémentaire de celle de Colruyt: beaucoup de clients fréquentent les deux enseignes.”
Alors que la mission de son ‘grand frère’ consiste à proposer à tout moment les prix les plus bas, OKay promet à ses clients un shopping rapide, facile et bon marché. “La très grande majorité de nos clients ne passent pas plus de vingt minutes dans le magasin. Nos points de vente sont généralement implantés le long des voies d’accès aux villages et communes, sur des sites dotés d’un vaste parking. C’est l’un des atouts qui nous démarquent des commerces de proximité de nos concurrents.”

Une image jeune et dynamique
L’inauguration du premier magasin OKay remonte à plus de dix-huit ans, à Ertvelde. “Nous sommes une formule encore assez jeune. D’après les premières conclusions d’une étude d’image interne, nous sommes toujours perçus comme une marque jeune et dynamique en 2016. Notre concept a bien évidemment évolué, mais pas de manière drastique: la surface de vente est par exemple passée de 400 m² à 650 m². Cette superficie relativement compacte nous permet quand même de présenter un vaste assortiment.”
Fabrice Gobbato veut aussi poursuivre les efforts visant à améliorer l’expérience client. “Nous avons agrandi l’espace dédié au frais dans nos magasins de sorte que nos clients puissent faire leurs courses plus confortablement.”

Personnel local
L’enseigne OKay emploie actuellement 1 850 personnes. Chaque année, il s’en ajoute 250. La recherche de personnel relève malheureusement de plus en plus de l’exploit. “C’est notamment dû à l’intensité de travail élevée propre à la distribution. Par ailleurs, OKay privilégie le personnel local, résidant non loin du magasin. Dans certaines provinces, cette recherche ne se passe pas trop mal, mais ailleurs, comme au Brabant flamand, à Anvers et en Flandre orientale, nous avons souvent besoin d’une loupe. Pour l’instant, nous recevons entre deux et trois candidatures par offre d’emploi. C’est plutôt maigre, et cela ne risque pas de s’améliorer à l’avenir.”