Le nouveau concept Alvo est un coup dans le mille

Stef et Anja Lannoo d'Obelix

Stef et Anja Lannoo d’Obelix

Un an après qu’Alvo ait entamé la réalisation d’un nouveau plan stratégique misant pleinement sur l’expérience totale du frais, l’alimentation saine et biologique et les produits régionaux artisanaux, Obelix Supermarché a ouvert ses portes à Dentergem (près de Zulte) en tant que premier magasin conforme au nouveau concept Alvo. Stef et Anja Lannoo rayonnent de fierté. Supermarché Obelix, le magasin Alvo qu’ils exploitent depuis 25 ans, est le premier commerce à avoir été rénové dans l’esprit du nouveau concept d’Alvo. Le couple est très satisfait et la réaction des clients est très enthousiaste. “Nous sommes le sujet de conversation du village.”
Lire la suite

Färm accueille une boulangerie coopérative

VIN_3931 1Färm a ouvert son troisième magasin belge à Auderghem (après ceux de Bruxelles et d’Etterbeek). Färm est un concept de magasins biologiques et coopératifs lancé en 2013 qui se positionne comme le chaînon manquant entre la grande distribution et les petits magasins bio spécialisés.
Lire la suite

Les six principes de l’hypermarché du futur

La nouvelle expérience de shopping chez Carrefour des Grands Prés

La nouvelle expérience de shopping chez Carrefour

Chargement des grosses courses dans le coffre de votre voiture par un employé du magasin, bornes numériques interactives disséminées un peu partout, imprimante pour la création de papier peint personnalisé et même une brasserie intégrée. Ce ne sont là que quelques exemples de la nouvelle expérience de shopping qui vous attend au magasin Carrefour des Grands Prés à Mons, avec lequel l’enseigne révolutionne le modèle de l’hypermarché. Selon elle, il s’agit ni plus ni moins de l’hypermarché le plus complet et le plus moderne de Belgique. Voilà les six principes de ce nouvel hypermarché:
Lire la suite

Nouveau concept pour Origin’O

Sc Origino  0014Fin mai, un nouveau magasin Origin’O a été ouvert à Anvers-Berchem. Le quatorzième magasin de la chaîne bio est le plus grand et le premier Origin’O à disposer d’une cuisine ouverte faisant également office d’espace de restauration. « Proposer de l’alimentation bio de la plus haute qualité », voici comment le directeur Stefaan Vanlerberghe résume l’ambition de la chaîne bio. Comment cette ambition se traduit-elle au niveau de l’offre de produits? StoreCheck Magazine est parti en reconnaissance et a obtenu un entretien.

« Origin’O a l’ambition de proposer des aliments bio de la meilleure qualité, » raconte Stefaan Vanlerberghe. « Pour l’instant, 15% de notre chiffre d’affaires émanent du rayon fruits et légumes. D’ailleurs, ce n’est pas un hasard si c’est le premier rayon que l’on découvre en entrant dans le magasin. Nous soignons ce rayon jusque dans les moindres détails et veillons énormément à la fraîcheur. Le prix de nos fruits et légumes est en effet compétitif par rapport à celui des fruits et légumes biologiques vendus dans les supermarchés classiques. Nous ne nous faisons certainement pas plus de marge, que du contraire. »

Pourquoi la cuisine ouverte au centre du magasin?
Stefaan Vanlerberghe: « Origin’O avait déjà fait l’expérience d’une cuisine en magasin – notamment à Gand, où la cuisine se trouve en haut du magasin – mais pas encore d’une cuisine ouverte installée au centre du magasin. Quatre matinées par semaine, notre cuisinière prépare ici du potage, des quiches, des salades, des sandwichs… Tous les ingrédients sont biologiques et on ne peut plus frais. Les préparations ne sont pas conditionnées sous vide ou stérilisées. Elles sont disposées dans un meuble bas réfrigérant, installé sur l’un des côtés de cette cuisine. Les clients peuvent prendre place sur les tabourets de bar répartis sur les deux autres côtés afin de manger ou de prendre un verre sur place. C’est une manière d’apporter de l’expérience en magasin et de montrer comment nous travaillons et quels ingrédients nous utilisons. C’est audacieux de proposer uniquement les pâtisseries bio et une sélection de fromages bio en vente comptoir, et tous les autres produits en libre service. C’est un risque mesuré. Nous sommes toutefois conscients que nous allons peut-être devoir corriger encore notre concept. »

Comment envisagez-vous le développement d’Origin’O?
Stefaan Vanlerberghe: « Dans le passé, nous avons toujours repris des magasins existants, à l’exception du point de vente que nous avons ouvert en 2012 dans la gare de Bruxelles-Midi. Nous choisissons à présent de transposer dans de nouveaux magasins, situés à des endroits où il y a une demande de magasin bio, les connaissances que nous avons acquises ailleurs. À Anvers, je ne vois plus beaucoup d’opportunités de développement, mais il y a de nombreuses possibilités dans d’autres régions. Le plus grand problème, c’est de trouver des personnes enthousiastes et motivées qui veulent se donner corps et âme pour Origin’O. Nous ne manquons pas d’idées, mais nous manquons pour l’instant de personnes pour les réaliser. » (Frederika Hostens)

www.origino.be

Une version plus étendue de ce réportage est à lire dans le StoreCheck Magazine.

Carrefour market à la Mestdagh

Franchisé Renaud Girboux

Renaud Girboux (franchisé)

Les magasins Carrefour market du groupe Mestdagh sont-ils tout à fait identiques à ceux de Carrefour Belgium? StoreCheck a visité le tout nouveau supermarché de Braine-le-Château et découvert où Mestdagh et le franchisé local apportent leur petite touche personnelle.

Lorsque nous arrivons dans la commune brabançonne de Braine-le-Château, un jeudi matin ensoleillé, le parking est déjà bien rempli. Tandis que nous admirons le bâtiment flambant neuf, un invité surprise en la personne d’Eric Mestdagh, l’administrateur délégué, vient à notre rencontre. « Et oui, le magasin est ouvert depuis deux jours, je suis venu donner un coup de pouce. C’est un beau projet! » Le magasin fait 1200 m² et compte 80 places de parking. En tout cas, le nouveau supermarché est moderne. La façade en verre laisse abondamment entrer la lumière du jour dans le magasin. Le nouveau logo présent sur la façade indique qu’il s’agit d’un market de la troisième génération, soit le dernier concept dont les grandes lignes ont été exposées à Wetteren. Pour Mestdagh, il s’agit du deuxième magasin de ce concept, après Hamoir.

La Mestdagh touch
Le directeur opérationnel de franchise Raphaël Boucher et le franchisé Renaud Girboux nous reçoivent dans l’espace fraîcheur. « Nous travaillons main dans la main avec Carrefour, nous suivons les mêmes promotions du dépliant, nous appliquons les mêmes prix. Mais nous posons ci et là notre petite touche personnelle, essentiellement au rayon frais », confirment-ils. « Le rayon des fruits et légumes par exemple est totalement dirigé par Mestdagh. Nous misons sur les produits de la région. » Le distributeur insiste beaucoup là-dessus dans sa communication en magasin: « Mestdagh, mon maraîcher » est inscrit sur des pancartes.
40% de la surface du magasin sont dédiés aux produits frais mais la Mestdagh touch se remarque aussi clairement dans d’autres départements. « Nous avons une riche tradition en matière de fromage et c’est un point fort que nous exploitons. La viande est aussi un atout, elle représente 9% du chiffre d’affaires du magasin. Nous l’achetons auprès de nos propres producteurs et adaptons l’offre au local. » Contrairement à certains autres magasins Carrefour market de Mestdagh, les produits frais sont vendus 100% en libre service. L’assortiment de poisson et l’assortiment végétarien sont moins vastes que dans le market moyen de Carrefour Belgium.

Spécialités locales
Comme bon nombre de supermarchés actuellement, Mestdagh se plaît à proposer des produits locaux. Les entrepreneurs sont encouragés à collaborer avec des fournisseurs locaux. Le franchisé Renaud Girboux contacte lui-même des agriculteurs et des producteurs de la région. Un meuble ‘Produits de notre terroir’ présente notamment les apéritifs de Philomène de Vieux-Genappe, des spécialités au chocolat d’Olivier Molitor de Genval ou des jus du Verger de la Chise d’Incourt.
C’est un succès, apprenons-nous. Les rayons frais ont eux aussi leurs produits locaux: beurre, yaourt, quiches, etc. Un peu plus loin, nous remarquons un îlot frigorifique où sont empilées des « Tartes al Djote ». Il s’agit d’une spécialité nivelloise, une tarte aux bettes. Le stock diminue à vue d’œil. Nous poursuivons notre chemin dans le département food. Un coin entier du magasin est occupé par un bel assortiment de bières spéciales.

Clé sur porte
Pour le franchisé Renaud Girboux, ce magasin est une belle nouvelle opportunité. Durant des années, il a géré un AD Delhaize à Saint-Gilles jusqu’à ce que le magasin atterrisse dans le réseau de Mestdagh. « J’ai été conquis par la découverte de Mestdagh, je me retrouve dans leur style et leur manière de fonctionner. Lorsque ce projet à Braine-le-Château m’a été proposé, j’ai tout de suite été intéressé.
Le magasin situé juste à la frontière linguistique reçoit d’ailleurs des clients flamands. Pour ce qui est de la concurrence, la zone de chalandise comporte notamment Colruyt, Lidl et Intermarché. Ici à Braine-le-Château, Renaud Girboux sert un tout autre profil de client qu’autrefois à Saint-Gilles, fait-il remarquer. « Bien sûr, ce n’est pas un magasin de ville. Il est d’un caractère plus rural. Les gens sont moins pressés, c’est bien agréable. Je rencontre plus de familles et des shoppers féminins. De plus, le public a ici un plus grand pouvoir d’achat, cela m’a frappé. Il suffit de voir les voitures dans le parking… » (svr)

Une version plus étendue de ce réportage est à lire dans le StoreCheck Magazine.

Remodelage du Makro d’Alleur

svr03Le magasin Makro d’Alleur entend devenir le cash & carry du futur. Le magasin qui a rouvert ses portes teste de nouveaux concepts pour les déployer ensuite dans les autres magasins. Le remodelage du magasin se veut fonctionnel mais vise aussi l’amélioration de l’expérience shopping.

Datant de 1971, le magasin d’Alleur est, à une exception près, le plus vieux Makro de notre pays. Le magasin avait grandement besoin d’un bon coup de fraîcheur. Les sols et les plafonds tout comme le mobilier ont été entièrement renouvelés. Durant les travaux, le cash & carry est resté opérationnel, les clients ont pu s’approvisionner dans une tente installée sur le parking.

Plus d’espace dédié à l’expérience
svr11Quelles sont les nouveautés de ce magasin? Dans le numéro du mois de mars de StoreCheck Magazine, le general manager de Makro Cash & Carry Belgique, Jean-Luc Tuzès, avait déjà levé un coin du voile (voir ici). Makro définit plus largement le profil de ses clients et y adapte son concept de magasin en conséquence. La clientèle de Makro est relativement hétéroclite et se compose d’entrepreneurs de tous poils. On voit ainsi des professionnels de la rénovation et de l’aménagement de jardins qui passent tôt le matin au Makro Drive-in prendre le matériel dont ils ont besoin pour leurs chantiers. Mais on rencontre aussi des patrons de PME et des indépendants qui s’approvisionnent chez Makro en fournitures de bureau, papiers, matériel informatique, équipement de téléphonie ou chaises de bureau. Ils combinent généralement leur visite avec des “achats de loisirs” ou des achats destinés à la vie privée et au ménage. Voilà pourquoi Makro veut permettre une expérience shopping non seulement fonctionnelle mais aussi conviviale et agréable. Le magasin a d’ailleurs été repensé en tenant compte du feed-back donné par les clients de Makro.

Ambiance de marché
En se dirigeant vers le rayon food, les clients passent d’abord par la boulangerie. Elle est totalement ouverte: désormais, tout le monde peut voir comment le pain est cuit sur place. Le rayon des fruits et légumes dégage une authentique ambiance de marché. On y achète les produits par cageot ou au kilo. Les tout nouveaux frigos muraux mettent plus en valeur les produits emballés. Nous découvrons une belle poissonnerie avec un personnel au comptoir comme sur le marché. L’assortiment de viande est très étendu. Ici également, les emballages ont été adaptés parce qu’à l’heure actuelle, chaque membre de la famille ne mange pas toujours la même chose. Quel distributeur peut se targuer de proposer 500 emballages de viande différents? Il y a en plus un réfrigérateur distinct pour la viande de bœuf ‘dry aged’. 450 références de produits locaux sont venues s’ajouter au rayon food, c’est très large. Les produits italiens y ont également leur place – ce qui n’a rien d’extraordinaire bien sûr en région liégeoise – avec quelque 450 références. Et l’on ne vous parle pas du large assortiment de vins…

Digitalisation
Dans chaque catégorie, outre les marques connues, une marque de distributeur est aussi chaque fois proposée en alternative: d’Aro (meilleur prix sur le marché, articles de base pour tous les jours) à Fine Life (qualité de marques nationales, produits innovants avec une plus-value). Le client trouve rapidement sa voie parmi les différentes catégories de prix grâce à des indications de prix claires et univoques (le rouge se réfère systématiquement à une promo) et la subdivision des produits en catégories de rapport qualité-prix Good, Better & PRO. Pour accompagner le mieux possible les clients dans leur expérience d’achat, Makro mise fortement sur la digitalisation: le wifi est disponible partout et les clients peuvent rechercher un complément d’information sur des écrans tactiles dits ‘smart assistant’ à cinq endroits différents du magasin. Ils peuvent notamment obtenir des conseils quant au meilleur matelas ou meilleure imprimante répondant à leurs besoins précis. Les treize caisses permanentes (quatre caisses mobiles sont également mises en service lors des grosses affluences) ont été entièrement rénovées. Désormais, les caissières travaillent debout. Tous les collaborateurs ont reçu une formation poussée ainsi que de nouveaux uniformes pour mieux les reconnaître. Les vendeurs qui sont aussi les points de contact des clients sont désormais vêtus de jaune tandis que les collaborateurs de la logistique portent une tenue bleue. (svr)

Une version plus étendue de cet article est à lire dans le StoreCheck Magazine.

Métamorphose d’un louis delhaize

SC Delhaize Wilrijk 0046À Wilrijk, la formule de proximité louis delhaize a changé de visage. Le ‘mini-supermarché’ d’hier s’est métamorphosé en ‘maxi-épicerie’. De magasin de commodité à épicerie 2.0, ou quand la tradition s’habille de modernité.

Le louis delhaize de Wilrijk près d’Anvers, qui a rouvert ses portes à la mi-mars, est pratiquement méconnaissable. Delfood n’a pas fait les choses à moitié et a revisité le concept du magasin de proximité de fond en comble. Raison de cet exercice? Louis delhaize ne se différenciait pas suffisamment des Lire la suite

Un Spar noir et blanc à Sint-Martens-Latem

Cynthia De Pauw dans le rayon phare du magasin: celui des vins de château. “Je suis passionnée d’œnologie.”

Cynthia De Pauw dans le rayon des vins.

Laisseriez-vous passer la chance d’ouvrir un supermarché à un bel emplacement dans la commune la plus riche de Flandre? L’entrepreneuse Cynthia De Pauw n’a en tout cas pas hésité longtemps lorsque l’opportunité s’est présentée à elle. C’est en bordure de la N43, axe fort fréquenté reliant Gand et Deinze, et au milieu des concessionnaires automobiles de luxe qu’elle a ouvert son supermarché Spar en février dernier. Un modèle de luxe agrémenté d’une foule d’options.

Le magasin fourmille de détails inattendus. Une surprise vous attend derrière chaque recoin. L’objectif n’était pas de créer un supermarché chic, mais Lire la suite

« Le magasin de proximité est notre raison d’être »

Manu_Suffeleers_Raf_Lambrechts1

Raf Lambrechts, administrateur délégué chez Huyghebaert (à droite), et le directeur commercial, Many Suffeleers (avec lunettes).

Lambrechts met au point ses formules de magasin et intègre les anciens clients Huyghebaert à l’organisation. Grâce à une nouvelle plate-forme du frais, les magasins de proximité sont en mesure d’offrir à leurs clients des solutions adaptées en matière de repas. Pour les entrepreneurs indépendants, les marges saines sont une priorité.

« Le marché évolue beaucoup, mais nous savons où nous nous situons. Nous avons une vision claire de la proximité. Nous sommes le seul acteur dont le corebusiness est réellement le magasin de proximité, ce n’est pas quelque chose que nous prenons à la légère. » Après une année 2014 pour le moins exaltante, marquée par des temps forts comme l’instauration d’une plateforme du frais, l’organisation d’un congrès axé sur les différentes formules et la reprise du fonds de commerce d’Huyghebaert, l’administrateur délégué, Raf Lambrechts, et le directeur commercial, Many Suffeleers se disent satisfaits. Et pour cette année, de nombreux projets figurent également à l’agenda: Lire la suite